28 novembre 2008

To the wedding! To the wedding! (Part I)

Parmi mes œuvres préférées de Stravinsky, Les Noces sont pour moi l'œuvre la plus caractéristique et originale après Le Sacre du printemps. Au niveau de la musique, par son rythme magique construit dans une sauvagerie folklorique plus ou moins retenue et étouffante, Les Noces se distinguent de l'agressivité totale du Sacre, des accords empruntés de Pulcinella, de la fraîcheur féerique de L'Oiseau de feu, et de l'attitude scherzando de Petrouchka.

« Aussi loin que remonte ma mémoire, les Noces ont toujours sonné pour moi comme une étrange tragédie : tradition des Balkans ou regard d'un enfant fantasque, je savais qu'autour de la mariée, toujours absente des convivialités, le mystère s'épaissirait à mesure que les demoiselles d'honneur s'occuperaient d'en faire cette monnaie d'échange qui passera d'une famille à une autre, et puis, qu'elle apparaîtrait au moment ultime, lorsque toutes les consciences embuées par une journée de douce ivresse, se tourneraient vers elle pour ne plus ignorer ce pressentiment du drame dont elle était le reflet voilé. Alors s'offrant comme une forme renversée d'un rituel funèbre, elle verserait les larmes en s'avançant vers le rapt consenti. »

Angelin Preljocaj                                                                                                                                                            

Version originale, la chorégraphie de Bronislava Nijinska, Royal Ballet au Royal Opera House Covent Garden en 2001

1ère partie

Posté par stereozjunkie à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur To the wedding! To the wedding! (Part I)

Nouveau commentaire